Lao She à Londres, un romancier et le « péril jaune ».

Lao She (1899-1966) est un de mes écrivains préférés, c’est pourquoi je n’ai pas trop attendu pour lire « Lao She in London » (1) de Anne Witchard, maître de conférence au Département Anglais de l’université de Westminster. Un bon livre qui apprend peu sur Lao She mais beaucoup sur l’influence de la Chine sur les avant-garde londoniennes de l’époque et surtout sur l’obsession du « péril jaune ».

Londres, une étape importante:

Lao She, né dans une famille … Lire la suite

« Crossings » de Chuang Hua, un grand livre à découvrir.

« Crossings »(1) publié en 1968 a été complètement ignoré. Réédité en 1986 avec une postface de l’universitaire Amy Ling, ce livre, partiellement autobiographique, a été considéré comme une étape essentielle du développement de la littérature sino-américaine et comme un précurseur de l’ouvrage célèbre de Maxine Hong Kingston « The woman warrior »(1975).

C’est le seul livre qu’ait écrit Stella Yang Copley (1931-2000) sous le nom de Chuang Hua. Née en Chine, sa famille se réfugie à Hong Kong … Lire la suite

Au Tibet, les conflits sanglants entre Christ et Bouddha.

Un livre et une exposition sont centrés sur les conflits sanglants entre le Christ et Bouddha à la frontière du Yunnan chinois et du Tibet. Deux événements simultanés mais sans lien entre eux.

Il s’agit de la publication en avril d’un roman de Fan Wen, « Une Terre de lait et de miel », et une exposition en cours, « Missions du toit du monde », aux Missions étrangères à Paris. Fan Wen ne parle que chinois et les … Lire la suite

Tan Twan Eng, un écrivain malaisien pour un prix littéraire britannique ? (suite)

Cet article a été publié le 17 septembre 2012. Nous le publions a nouveau car le lien avec la version anglaise a été brisé. Nous en profitons également pour féliciter Tan Twan Eng qui a remporté hier, le 14 mars 2013, le prix littéraire Man Asia

 

Tan Twan Eng est un écrivain malaisien d’origine chinoise qui partage son temps entre l’île de Pénang où il est né et l’Afrique du Sud où il réside.… Lire la suite

Chi Zijian, la mort des shamans et des éleveurs de rennes.

La romancière Chi Zijian dans un livre magnifique, « The last quarter of the moon » (1) nous fait découvrir le crépuscule des Evenki, nomades éleveurs de rennes sur « The right bank of the Argun », selon le titre original, mieux adapté.

1- Les Evenki et la rivière Argun :

La rivière Argun sur 900 kilomètres, sert de frontière entre Chine et Russie et près de Mohe, la ville la plus au nord de la Chine, rejoint la Chika … Lire la suite

Après la polémique sur le Nobel de Mo Yan, et si on lisait ses livres?

L’attribution du prix Nobel de littérature 2012 à l’écrivain chinois Mo Yan a entraîné un intense débat
médiatique, tant en Chine qu’à l’étranger. Retour sur une polémique qui ne s’éteint pas.
Certains ont vigoureusement regretté qu’un membre du Parti communiste, vice-président de l’Union des écrivains, soit récompensé ; d’autres que Mo Yan ne soit
pas un critique radical du PC chinois ou un soutien sans réserves des dissidents.Lire la suite sur Rue89.

Lire la suite

Shen Congwen et Zhang Zhaohe, un mariage de plus de cinquante ans.

La publication il y a quelques semaines d’un ouvrage de Shen Congwen (dont on reparlera): « Le périple de Xiang et autres nouvelles »(1), m’a conduit à relire son œuvre traduite et surtout à découvrir un livre remarquable « Four sisters of Hofei » par Annping Chin. Elle est née à Taiwan en 1950, professeur au département d’histoire de l’université de Yale et est l’épouse de Jonathan Spence, l’universitaire bien connu.

Annping Chin a pu rencontrer les quatre sœurs … Lire la suite

En Chine, les fonctionnaires inspirent une centaine de romans tous les ans.

La tradition millénaire du mandarinat a eu une conséquence imprévue ces dernières années: le développement d’un nouveau genre littéraire: la bureaucratie romanesque. C’est pourquoi, il faut se féliciter que Penguin China ait publié il y a quelques semaines « The civil servant notebook » de Wang Xiaofang, le grand maître du genre, traduit en anglais par Eric Abrahamsen, un des fondateurs du site incontournable www.paper-republic.org ,qui vit à Pékin depuis 2001.

1/ Le carnet d’un Lire la suite

Han Dong, un écrivain indépendant à Nankin.

Han Dong est quasiment inconnu en France, aucune de ses œuvres n’est traduite. Ce n’est pas le cas au Royaume Uni du fait des efforts d’une traductrice bien connue, Nicky Harman, qui a bien voulu répondre à nos nombreuses questions sur cet écrivain.

1/ Un père écrivain, une famille « envoyée à la campagne » :

Han Dong est né à Nankin en 1961, il est le fils de Han Jianguo (1930-1979) plus connu sous le nom de … Lire la suite

Tan Twan Eng, un écrivain malaisien pour un prix littéraire britannique ?

Tan Twan Eng est un écrivain malaisien d’origine chinoise qui partage son temps entre l’île de Pénang où il est né et l’Afrique du Sud où il réside.

On a parlé, il y a quelques années, de son premier livre « A Gift of Rain », qui n’est malheureusement pas traduit en français. Ce livre avait été remarqué et figuré dans la première sélection du Booker prize, le Goncourt anglais. Son deuxième roman, très réussi, … Lire la suite

Shirley Geok-Lin Lim: de Malaisie en Californie.

Shirley Geok-Lin Lim est écrivain, poète et universitaire, très connue aux Etats Unis, ignorée en France où pas une ligne n’est traduite. C’est pourtant une personnalité de premier plan et un écrivain de talent que l’on peut découvrir en lisant ses mémoires, probablement son meilleur roman « Among the white moon faces »(1)./

1/ Malacca, la belle endormie :

Née à Malacca en 1944,une ville magnifique située à 150 kilomètres au sud de Kuala Lumpur, où se sont … Lire la suite

Wuhe nous présente « Les Survivants » d’un drame de la colonisation.

Quand un livre vous est recommandé par des lecteurs de Rue89, la traductrice française, Emmanuelle Péchenart, les éditeurs d’Actes Sud, Isabelle Rabut et Angel Pino, le traducteur américain, Michael Berry et qu’en plus, un film à succès « Seediq Bale » en a été tiré, on s’inquiète, on craint d’être déçu; a tort, « Les Survivants » est un livre magnifique…

1- Quelques repères :

Les aborigènes de Taiwan, les premiers occupants de l’île, représentent moins de 500 … Lire la suite