Qiu Xiaolong, le père de l’inspecteur Chen, fait des infidélités au polar.

On a souvent parlé de l’inspecteur Chen Cao, le héros des huit romans policiers de l’écrivain sino-américain Qiu Xiaolong.

De passage à Paris avant de participer à Lyon au festival international « Quai du Polar », il a bien voulu nous parler des« Nouvelles de la poussière rouge » (Liana Levi, 2013) dont le deuxième tome vient de paraître.

La Cité de la poussière rouge fait partie de l’ancienne concession française et est un ensemble de maisons traditionnelles … Lire la suite

Chi Zijian, des nouvelles pour trois prix Lu Xun.

Pour mieux connaître l’écrivain Chi Zijian, j’ai relu ses recueils de nouvelles dont, hors de Chine, on ne parle pas. Ce sont pourtant pour certaines des textes de grande qualité.

Elle est née en 1964 dans l’extrême nord de la Chine, près de la petite ville de Mohe, le long du fleuve Amur qui marque la frontière avec la Russie.

Elle quitte sa ville natale pour une école Normale puis pour l’Université Normale de Pékin … Lire la suite

Mo Yan: des nouvelles d’un prix Nobel.

Quand on parle de Mo Yan, le prix Nobel de littérature 2012, c’est surtout de ses romans, de ses « longs » romans qui, parfois et à tort, font fuir certains lecteurs. Mais il a écrit plus de cent nouvelles et de nombreux « courts » romans.

Comme il le dit dans sa préface à « Shifu… », un recueil de nouvelles publié aux Etats Unis :

« la stature d’un écrivain n’est

Lire la suite

Anni Baobei: une fleur dans la pénombre.

Tel est le surnom donné à Anni Baobei par ses « fans » pour ses textes de désolation et d’isolement. Elle est un des auteurs les plus célèbres de la Chine actuelle tout particulièrement auprès des femmes et des moins de 35 ans. « The Road of Others », un recueil de trois nouvelles qui vient d’être publié (1) est la traduction de son premier livre « Au Revoir Vivian » (2001). Cette nouvelle, d’abord … Lire la suite

Qiu Xiaolong: il n’y a pas que les romans policiers dans ma vie !

Qiu Xiaolong, que nous avons rencontré récemment, fait remarquer que l’on parle surtout de ses romans policiers. Une remarque sans acrimonie, car il est d’une urbanité parfaite, mais que je suis contraint de prendre aussi à mon compte; pour Qiu Xiaolong, l’essentiel, c’est la poésie !

La poésie, des Tang à T.S. Eliot et à… Qiu Xiaolong.

Ses recherches pour une thèse sur le grand poète anglo-américain T.S Eliot, le conduisent à St. Louis … Lire la suite

Yang Xianhui et Wang Bing: donner la parole aux survivants des camps.

Deux films de Wang Bing viennent de sortir: « Fengming, chronique d’une femme chinoise », un documentaire étonnant de trois heures où une communiste convaincue raconte sa vie et la mort de son mari dans un camp; un ton détaché, maîtrisé mais où perce l’amour et l’humanité. « Le Fossé » est un film de fiction qui traite d’un camp de « rééducation par le travail » et de la famine de 1960. Ces deux films sont directement inspirés d’un recueil … Lire la suite

Shi Zhecun, modernisme et continuité à Shanghai.

La collection  Bleu de Chine  a  édité  plusieurs  ouvrages  de  bonne  qualité  sur  la  littérature  des  années  1930  et  notamment  un  excellent  recueil  de  textes  et  de  dessins  de  Feng  Zikai (1).

Les nouvelles et la « prose de circonstance » de Shi Zhecun (2), publiées il y a quelques mois dans une traduction de Marie Laureillard et Gilles Cabrero, permettent de découvrir un auteur un peu oublié et dont on ne connaissait que deux nouvelles traduites … Lire la suite

Mo Yan, des nouvelles: « La belle à dos d’âne… »

Ces derniers mois, Mo Yan a fait à lui seul l’actualité: la publication en français de « Grenouilles » (1) suivie quelques jours plus tard de l’attribution à ce roman du prix Mao Dun (partagé avec quatre autres écrivains), mais un prix de 50 000 euros pour chacun.

Tout récemment a été publié un recueil de nouvelles au titre évocateur : « La belle à dos d’âne dans l’avenue de Chang’an » (2) et à la couverture censée attirer l’œil. … Lire la suite

Su Tong: consécration internationale et nouveaux livres.

Su Tong fait partie des écrivains pré-sélectionnés pour le prix prestigieux « Man Booker International ». Un petit livre qui vient de sortir « A Bicyclette »(1) est une belle illustration d’un talent que l’on pourra aussi apprécier lors de la publication dans quelques mois d’un roman remarquable (2) déjà traduit en anglais et primé en Asie.

Un rêve, le prix « Booker International » :

Ce prix, doté par le groupe Man, est attribué … Lire la suite

Ha Jin et les migrants chinois, un grand écrivain, l’un d’entre eux…

On parle peu de l’écrivain sino-américain Ha Jin, à mon sens un écrivain majeur; son livre « Les rebuts de la guerre » est l’un des romans les plus remarquables que j’ai lus ces dernières années. Une bonne nouvelle, son dernier roman, « A Free Life », son premier texte sur les migrants chinois aux Etats Unis, sera traduit de l’anglais par les Editions du Seuil à la prochaine rentrée, on en reparlera.

« A Good Fall » :
Son récent recueil … Lire la suite

Yiyun Li : deux superbes recueils de nouvelles

Le premier recueil de nouvelles de Yiyun Li vient d’être traduit en français (1). On en a déjà parlé en août 2008 lors de la sortie en France du film de Wayne Wang « Un millier d’années de bonnes prières », inspiré de la nouvelle titre du recueil. Séduit par le talent d’une auteure totalement inconnue en France, je l’avais même contactée pour une interview téléphonique.

Couvert de prix aux Etats Unis, ce recueil est publié en … Lire la suite

Le « Man Booker International prize » pour Wang Anyi?

Le “Booker International prize”, doté par le Groupe Man, est attribué tous les deux ans, pour l’ensemble de son œuvre, à un écrivain de langue anglaise ou traduit en anglais. C’est un complément au « Man Booker prize », le Goncourt anglais.

La liste des 13 sélectionnés pour le prix international vient d’être publiée, elle comprend des écrivains très connus comme John Le Carré ou Philippe Roth, mais aussi et pour la première fois, deux écrivains chinois: … Lire la suite

Wang Anyi: Madame Shanghai.

Après Eileen Chang, il était naturel de lire Wang Anyi, même si elle n’apprécie guère d’être comparée à cet écrivain des années 1940. Un petit livre vient d’être publié « A la recherche de Shanghai » (1). L’éditeur P. Picquier a fait beaucoup pour faire reconnaître Wang Anyi et, indépendamment des trois « Amours », des petits romans, presque des classiques, a publié un des plus beaux textes de la littérature chinoise contemporaine « Le Chant des Regrets Eternels »(2).

Cet … Lire la suite