La première édition de ce festival se déroule du 26 janvier au 8 février 2011 à Paris, Lyon, Toulouse et Versailles; à Paris successivement dans deux cinémas: le Gaumont Marignan, avenue des Champs Elysées puis à l’Action Christine, bien connu des amateurs.

L’équipe d’organisation, autour du Centre Culturel de Chine à Paris et de nombreux partenaires, a mis en place des rencontres professionnelles, suite aux accords de co-production franco-chinois récemment signés, et surtout présente au public douze films récents qui ont remporté un succès public dans des genres très différents.

Un film catastrophe en tête du box office « Le tremblement de terre de Tangshan », mais aussi une biographie de Confucius (je ne sais ce qu’en pensera Anne Cheng dont je suis les cours sur ce sujet au Collège de France !) ; des comédies sentimentales également, des films historiques sur le gouvernement pro-japonais de Wang Jinwei, un film d’animation… tous les détails sur www.festivalducinemachinois.com

Jet Li et « Océan Paradis » :

Je ne suis pas un inconditionnel de Jet Li ni des films de kungfu, mais un ami m’avait vivement incité à voir le film présenté vendredi dernier et qui sera projeté de nouveau à Paris les 1er et 4 Février prochain.

Jet Li, qui a maintenant près de 50 ans, est universellement connu pour ses films d’action, films historiques ou de kungfu; ses combats comme ceux de Bruce lee, sont les modèles du genre. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il est l’un des plus importants donateurs de la Croix Rouge chinoise et qu’il a fondé, après le tsunami de 2004 « The One Foundation », une fondation qui vient en aide aux victimes des grandes catastrophes.

C’est ce qui explique qu’il ait accepté de jouer, sans cachet, dans « Océan Paradis », le premier film de Xue Xiaolu, professeur à l’académie du film de Pékin et directrice de production à CCTV.

Un film sur l’amour paternel et l’autisme; le héros est père d’un enfant autiste de 22 ans, Dafu, qu’il élève seul depuis le suicide de sa femme incapable de supporter la maladie de son fils. Ce père, qui travaille dans un magnifique aquarium, apprend qu’il est atteint d’un cancer en phase terminale; il va tout faire en quelques mois pour que son fils puisse lui survivre …seul.

On est bien loin des arts martiaux, on est confronté à l’insuffisance des institutions d’accueil et parfois à l’indifférence de l’environnement…Les dauphins sont parfois plus proches de Dafu que les humains !

La performance d’acteur de Jet Li est tout à fait remarquable, tout comme celle de son « fils » Wen Zhang. Cela compense quelques faiblesses: une musique un peu sirupeuse, parfois un manque de rythme et un excès de bons sentiments. On regrette aussi que le contact entre Dafu et Kwai Lun-Mei, une star de Taiwan, jongleuse et clown dans le film, n’ait pas été mieux analysé. Mais les images de l’aquarium sont somptueuses et la performance de Jet Li est à ne pas manquer.

Bertrand Mialaret

About the author
1 Commentaire
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre