Wang Ting-Kuo, des romans où l’amour et l’ambition ne font pas bon ménage.

Wang Ting-Kuo est un romancier célèbre à Taiwan ; son livre, « My enemy’s cherry tree » (1) a été couvert de prix en 2015 et rapidement traduit en anglais après le succès l’année précédente d’un recueil de nouvelles dont l’une, « La Chute » est disponible en français (2).

Ces textes sont centrés sur deux personnages masculins d’origine modeste qui tentent de surmonter leur frustration en construisant une réussite professionnelle qui ne leur permettra pas d’éviter … Lire la suite

Anwar Ridhwan, un romancier malaisien s’interroge sur les valeurs traditionnelles et la globalisation.

Anwar Ridhwan est l’un des romanciers malaisiens les plus connus et a bénéficié de nombreuses traductions de ses œuvres écrites en malais. C’est un pur produit du système qui régit la littérature en Malaisie tant dans sa carrière universitaire que dans sa vie professionnelle de fonctionnaire. Il est l’un des treize écrivains déclarés Lauréat National, mais il a une ouverture internationale que d’autres n’ont pas. Deux de ses romans et certaines de ses nouvelles méritent … Lire la suite

Les tribulations de Le Clézio en Chine.

Un livre de Le Clézio vient de paraître, sous-titré « Aventure poétique et échanges littéraires », il s’agit de « Quinze causeries en Chine » (1), recueillies par son traducteur et ami Xu Jun; des textes de circonstance mais aussi des essais d’une très grande qualité.

Xu Jun a traduit « Désert » en 1983 puis neuf ans plus tard « Le Procès-verbal ». Ils se rencontrent alors à Nankin, lors d’une visite de Le Clézio et de sa femme … Lire la suite

Cheng Naishan, chrétienne et fille de banquiers, une écrivaine de Shanghai.

Un environnement exceptionnel, elle est née en 1946 à Shanghai, dans une famille de banquiers très connue. Après 1949, la famille passe quelques années à Hong Kong puis retourne à Shanghai. Elle fait des études en anglais et en chinois et termine le collège en 1964, trop âgée pour être envoyée « à la campagne ». Une année en anglais dans une école de formation de professeurs, elle enseignera jusqu’en 1979, date à laquelle elle … Lire la suite

« Funérailles Molles », la romancière Fang Fang et la réforme agraire en Chine.

Un bon roman vient de paraître, traduit avec talent par Brigitte Duzan , assistée de Zhang Xiaoqiu, « Funérailles Molles » (1), nous plonge dans la Chine de la réforme agraire.

Fang Fang est une romancière chinoise connue pour ses romans néo-réalistes et son amour pour la ville de Wuhan. Née en 1955, elle grandit à Wuhan, termine le lycée en 1974 puis doit travailler quatre ans en usine. A la fin de la Révolution … Lire la suite

Li Ang, littérature, sexe et pouvoir à Taiwan (2).

 

L’article précédent traitait de la carrière de Li Ang et des nouvelles disponibles en anglais et en français. On va évoquer ses trois romans traduits (1,2,3) qui ont eu un grand retentissement.

 

–        « La femme du Boucher » (1)

Après un séjour aux Etats Unis et un diplôme d’études théâtrales à L’université de l’Oregon, elle rencontre le grand romancier Bai Xianyong en Californie et lit dans « Anecdotes of Old Shanghai », l’histoire … Lire la suite

Taiwan n’est pas la Chine, la « littérature du terroir ».

On a mentionné il y a quelques jours, « L’Anthologie historique de la prose romanesque taiwanaise moderne », quatre volumes sous la direction de Isabelle Rabut, professeur à l’INALCO et Angel Pino, professeur à l’université de Bordeaux Montaigne. Les deux derniers volumes, « De fard et de sang » et « Félix s’inquiète pour le pays », ont été présentés par les éditeurs à la Librairie Le Phénix à Paris, le vendredi 1erLire la suite

De nouvelles traductions rendent justice à la qualité de la littérature de Taiwan.

Quand on recense les recueils de nouvelles et de courts romans de la littérature de Taiwan, on est étonné de constater que, après plusieurs publications au cours des années 2000 et notamment deux recueils dirigés par Isabelle Rabut et Angel Pino (1), aucun nouveau livre jusqu’en 2016. Trois ouvrages sont alors publiés sur lesquels on reviendra : un hors-série sur Taiwan de l’excellente revue Jentayu (3), un bon recueil « Taipei, histoire au coin de … Lire la suite

XI Xi, une célèbre écrivaine de Hong Kong, enfin reconnue en Occident.

Xi Xi, le pseudonyme de Zhang Yan, est probablement l’écrivaine la plus reconnue à Hong Kong. Une œuvre importante et très variée, peu traduite en Occident. Elle vient d’obtenir le prix Newman , attribué tous les deux ans par un jury international autour de l’université d’Oklahoma ; une seule condition, écrire en chinois. Elle se retrouve en bonne compagnie avec Mo Yan , Han Shaogong et le poète taiwanais Yang Mu ; deux autres femmes, … Lire la suite

En Malaisie, plantations et constructions, un bon roman de Chuah Guat Eng.

Un roman « Echoes of Silence » (A) et sa suite « Days of Change » (B), sont une bonne vision des années coloniales d’après-guerre en Malaisie jusqu’à la fin du siècle. Chuah Guat Eng qui a écrit ce roman à cinquante ans, après une vie professionnelle dans le secteur du marketing et de la communication, a choisi une narratrice chinoise Lim Ai Lian puis son personnage préféré, Hafiz, un Malais.

–        Une vie littéraire Lire la suite

Ed Lin avec ses romans policiers nous aide à comprendre les dernières élections à Taiwan.

Les résultats des dernières élections à Taiwan ont beaucoup surpris. En relisant certains commentaires, on se dit que les fondamentaux ont peut-être été parfois oubliés au profit de préférences personnelles. L’écrivain américain d’origine taiwanaise, Ed Lin, dans une série de trois romans policiers, « A Taipei night market novel » (1), nous vante les charmes de Taipei et nous rappelle les traits essentiels de l’histoire et de la société taiwanaise.

–        Ed Lin, un écrivain Lire la suite

Le romancier Yan Lianke nous dresse un portrait tragique du rêve chinois.

Yan Lianke est un des romanciers contemporains les plus importants, à coup sur Nobélisable. Neuf de ses livres ont été publiés en France par Les Editions Philippe Picquier. Les traductions en anglais se sont multipliées sous l’impulsion de Carlos Rojas, professeur à l’université Duke, qui a traduit cinq de ses romans. « The Day the Sun Died » (1) a reçu en quelques mois des appréciations flatteuses dans le monde entier.

Ce roman a été … Lire la suite

Su Tong, la vie des femmes, court romans et nouvelles.

 

Su Tong 3Su Tong est l’un des romanciers chinois les plus connus en Occident ; neuf livres traduits en français, un peu moins en anglais ; seul Mo Yan a été plus traduit. C’est pourquoi on doit se féliciter de la publication en anglais il y a quelques semaines du court roman « Petulia’s Rouge Tin » (1). Ce texte superbe avait déjà été traduit en français en 1995 sous le titre « Visages Fardés ». (1).… Lire la suite